Le rapport recommande également d’exiger de la FTC qu’elle recueille davantage de données et rende compte de l’état de la concurrence dans divers secteurs. Et il dit que la FTC devrait mener des rétrospectives pour étudier si ses décisions passées d’approuver ou de bloquer les fusions étaient correctes. Ces types d’études sont également attendus depuis longtemps et permettraient aux responsables de l’application de la loi de mieux faire leur travail.

La FTC est actuellement engagée dans une spéciale la revue de chaque acquisition par les cinq grandes entreprises technologiques (celles énumérées ci-dessus, plus Microsoft) au cours de la dernière décennie. Ce processus devrait être étendu à d’autres secteurs et répété régulièrement.

Enfin, les propositions du rapport sur la manière d’accroître la portabilité des données pourraient très bien fonctionner pour des formes simples de données (comme celles d’un utilisateur graphe social), qui sont plus faciles à normaliser. Si les consommateurs peuvent facilement emporter leurs données avec eux, il leur sera plus facile de passer à de nouvelles plates-formes, ce qui incitera davantage les startups à entrer sur le marché.

Le mauvais

Malheureusement, les principales recommandations du rapport feraient bien plus de mal que de bien. La proposition de signature est de forcer les plateformes dominantes à séparer leurs métiers. Le président David Cicilline, un démocrate du Rhode Island, a appelé il s’agit d’un «Glass-Steagall pour Internet», faisant référence à la loi américaine de 1933 (abrogée en 1999) qui séparait le commerce des banques d’investissement.

En effet, cette proposition briserait les entreprises technologiques en séparant la plate-forme sous-jacente des produits et services qui y sont vendus. Google ne pouvait plus posséder Android et proposer des applications telles que Gmail, Maps et Chrome. Amazon ne pouvait plus posséder le marché Amazon et vendre ses propres produits de marque privée. Apple ne pouvait plus posséder iOS et proposer des produits comme Safari, Siri ou Localiser mon iPhone. Facebook ne pouvait plus posséder de plateformes de médias sociaux et utiliser des données personnelles pour cibler des publicités auprès des utilisateurs. Le résultat est que ces mesures détruiraient les écosystèmes soigneusement construits des entreprises de technologie et rendraient leurs modèles commerciaux actuels non viables.

Bien entendu, si cette proposition est adoptée, il y aura de nombreux cas extrêmes. La fonction de lampe de poche de l’iPhone fait-elle partie du système d’exploitation ou est-elle plus proche d’une application? À ce stade, une lampe de poche ressemble à une fonctionnalité standard de tout téléphone. Mais il n’y a pas si longtemps, les utilisateurs devaient télécharger des applications tierces pour obtenir cette fonctionnalité.

Comme recherche D’après Wen Wen et Feng Zhu, lorsqu’un propriétaire de système d’exploitation comme Apple entre dans un secteur vertical de produit (comme les applications de lampe de poche), les développeurs tiers déplacent leurs efforts vers d’autres catégories d’applications plus difficiles à reproduire. L’ajout d’une lampe de poche au système d’exploitation est-il vraiment un comportement anticoncurrentiel de la part d’une plate-forme dominante, ou est-ce une innovation pro-consommateur qui conduit à une meilleure répartition du temps des développeurs?

Le consommateur

Pour justifier ses propositions, le rapport aurait dû trouver un pistolet fumant (ou deux). Ça n’a pas été le cas. En général, les principales entreprises technologiques procurent d’énormes avantages aux consommateurs.

En général, les principales entreprises technologiques procurent d’énormes avantages aux consommateurs.

Les prix des publicités numériques ont déchue de plus de 40% au cours de la dernière décennie, et ces économies se répercutent sur les consommateurs sous la forme d’une baisse des prix des biens et services. Les prix des livres ont déchue de plus de 40% depuis l’introduction en bourse d’Amazon en 1997. Et l’App Store d’Apple subit exactement la même réduction (30%) que les autres plates-formes, comprenant PlayStation, Xbox et Nintendo. En fait, une fois que vous avez comptabilisé des applications gratuites, les taux de commission effectifs dans l’App Store sont de l’ordre de 4% à 7%.

Les auteurs du rapport utilisent les statistiques pour faire en sorte que les entreprises technologiques ressemblent à des monopoles même si elles ne le sont pas par des mesures conventionnelles (définies comme ayant plus des deux tiers de part de marché selon au ministère de la Justice). Ce sont toutes de très grandes entreprises, mais les données généralement acceptées montrent qu’elles ne respectent pas cette norme. Amazon a 38% du marché du e-commerce. Moins que la moitié des nouveaux smartphones vendus aux États-Unis sont des iPhones. Sur le marché de la publicité numérique, Google a un 29% partager, Facebook a 23%, et Amazon a dix%.

De plus, les consommateurs eux-mêmes disent bénéficier grandement des produits et services que ces entreprises créent. La recherche dans les actes de la National Academy of Sciences a montré qu’en moyenne, les consommateurs devraient être payés 17 530 $ par an pour abandonner les moteurs de recherche, 8 414 $ par an pour abandonner le courrier électronique et 3 648 $ par an pour abandonner les cartes numériques. Pendant ce temps, le prix pour accéder à ces services est généralement nul.

La compétition

L’un des principaux thèmes du rapport est que ces plates-formes sont devenues si puissantes qu’aucune nouvelle entreprise n’ose les défier (et aucun capital-risque n’ose financer des concurrents potentiels). Plusieurs exemples récents démentent cette notion.

Shopify, qui n’est mentionné qu’en passant, est un 130 milliards de dollars entreprise de commerce électronique qui alimente plus que un million d’entreprises en ligne. La société a été fondée en 2006 et le stock a augmenté d’environ 1 000% au cours des trois dernières années. Son plus récent rapport de revenus (pdf) a montré que le volume total de marchandises brutes sur la plate-forme double plus que d’année en année. (En revanche, le GMV d’Amazon augmente de à peu près 20% annuellement.)

Written by

manuboss