8 mars 2020 par Contributeur invité


Le projet climatique des rivières sacrées (SRCP) aide à stopper le changement climatique tout en combattant certaines des menaces existentielles les plus pressantes pour la santé et la dignité humaines: la perte d’habitat, la biodiversité et la pollution de l’air, de l’eau et des plastiques, ainsi que l’éducation, l’autonomisation et l’emploi des femmes.

Le PDG Joseph Kelly explique comment fonctionne la mycorémédiation et pourquoi elle est si importante en tant que solution de réduction sociale: «J’ai vu de nombreux projets climatiques faire du bon travail sur la réduction, la réduction et la séquestration du CO2 atmosphérique, mais en ignorant le sort des communautés en Asie, en Amérique du Sud et l’Afrique qui subit de plein fouet l’impact du changement climatique. Nous avons décidé d’inscrire ces communautés dans la solution tout en répondant à leurs préoccupations quotidiennes concernant l’amélioration de leur vie. Étant donné que les rivières sont le système circulatoire de la planète, il était logique de concentrer les plantations de forêts sur leurs berges. »

La société mère du SRCP, HiveMind, a été fondée en 2008 par des étudiants seniors en mycologue visionnaire Paul Stamets. Leur objectif était de trouver un moyen naturel d’augmenter l’absorption de CO2 atmosphérique et la séquestration dans le sol des arbres et des plantes. Ils ont recherché des centaines d’espèces de mycélium ectomycorhizien et endomycorhizien associé à la séquestration à long terme du carbone dans les sols des forêts boréales et découvert deux douzaines d’espèces viables.

Les étudiants ont mené des essais sur une dizaine de toits verts à Chicago. Les résultats ont montré qu’il était possible de séquestrer des quantités importantes de CO2 sous forme de carbone dans les sols sur de petits sites allant de 500 à 1000 mètres carrés. Mieux encore, ce type de capture et de séquestration du CO2 ne reposait pas sur des combustibles fossiles ou des apports massifs de matériaux comme de nombreuses autres technologies de rabattement.

Avec la signature de l’accord de Paris, les activités de HiveMind se sont développées en établissant des partenariats avec deux des 10 principaux émetteurs de carbone au monde, Shell Oil et Cummins Diesel. Des dizaines d’autres sociétés mondiales d’énergie, de construction et de services publics sont en pourparlers avancés pour adopter la technologie.

En 2019, de nombreux pays et entreprises ont réalisé qu’ils étaient loin de respecter leurs engagements dans le cadre de l’Accord de Paris et se sont tournés vers le marché du carbone pour combler le déficit. Une poignée d’agences, comme Gold Standard et Verra, vérifient rigoureusement les technologies qui augmentent l’absorption et la séquestration du CO2 atmosphérique afin que les acheteurs puissent être sûrs d’obtenir ce pour quoi ils paient.

HiveMind a commencé le processus de vérification de sa technologie de mycélium en 2019 et prévoit que la certification sera achevée en 2020. Cette certification leur permettra de développer des sites de 1 000 mille acres, en plantant des arbres inoculés avec leur mycélium pour vendre de grands lots d’unités de carbone vérifiées ( VCU).

Lors de visites en Asie, en Amérique du Sud et en Afrique, Kelly et son équipe ont réalisé que de nombreuses communautés luttaient déjà contre les effets du changement climatique tout en luttant contre une myriade de défis. Certaines de ces questions ont été traitées par des groupes civiques, des organisations à but non lucratif et des OING, mais la plupart des entreprises à but lucratif sont restées en marge.

Lors d’un voyage au Népal en août 2019, Kelly a vu une communauté de Gurung déplacée par le tremblement de terre de 2015 et accroupie dans des tentes près de la rivière Bagmati. C’est là qu’il a réalisé que les gens qui étaient souvent considérés comme des victimes, des spectateurs ou même une partie du problème étaient en fait la clé de la solution.

«Personne ne veut quitter sa maison, son village ou sa communauté ou vivre dans un désert sans air ni eau potable, sans éducation ni emploi. Personne ne veut consciemment dégrader ou détruire l’environnement. Tout le monde veut une vie meilleure pour lui-même, ses enfants et ses petits-enfants. En discutant avec les membres de cette communauté, j’ai été impressionné par leur résilience, leur éthique de travail et leurs connaissances phénoménales sur les plantes et le climat. En particulier, les femmes qui étaient responsables de la plantation de la culture de base du riz étaient des ressources fantastiques pour exactement les types de connaissances sur les plantes dont nous avons besoin. »

Et donc, le SRCP a été conçu. Cette division distincte de HiveMind fusionnera l’action contre le changement climatique avec les objectifs de développement durable des Nations Unies. HiveMind a accepté de concéder sa technologie du mycélium au SRCP et d’élaborer des protocoles pour les zones riveraines et les rizières. Une composante de mycorémédiation utilisant des pleurotes dans des sacs de jute a été développée pour nettoyer la rivière Bagmati et un programme de nettoyage en plastique a été lancé en partenariat avec des groupes civiques népalais.

Kelly et son équipe sont retournés au Népal en octobre 2019 pour implanter le site pilote, employant des femmes de la communauté de Gurung en tant que travailleuses et conseillères. En utilisant un protocole forestier développé par l’arboriculteur japonais Miyawaki, ils ont planté une mini-forêt d’espèces indigènes qui atteindra six pieds en deux ans et douze pieds en quatre ans. Cette forêt contiendra toute la biodiversité d’une forêt cultivée naturellement et trente fois la biodiversité d’une plantation d’arbres typique.

La réponse au projet pilote a été phénoménale. Des dizaines d’autres coordinateurs de sites demandent des opportunités de plantation, dont deux sites du patrimoine mondial de l’UNESCO: le musée Patan et le temple de Pashupatinath. Le Sacred Rivers Climate Project recherche actuellement des investisseurs pour se développer. Pour plus d’informations, contactez leur équipe et en savoir plus sur le Site Web du SRCP.

Suivez CleanTechnica sur Google Actualités.
Cela vous rendra heureux et vous aidera à vivre en paix pour le reste de votre vie.


Mots clés: bioremédiation, HiveMind, Miyawaki, champignons, mycélium, mycorémédiation, Paul Stamets, Sacred River Climate Project


A propos de l’auteur

Contributeur invité est composé de très nombreuses personnes. Nous publions un certain nombre de publications d’invités d’experts dans une grande variété de domaines. Ceci est notre compte contributeur pour ces personnes spéciales. :RÉ





Written by

manuboss